Jean Marie Le Pen, Polémiste dans l’âme | LCLFN

Né le 20 juin 1928 à la Trinité-sur-Mer, située dans le département du Morbihan en région Bretagne. Jean Marie Le Pen est issu d’une famille très modeste. D’une mère couturière et d’un père patron de pêche, il devient pupille de la Nation à l’age de 14 ans, lors d’un accident de pêche causant la mort de son père.

Parti à Paris faire des études de droit, il s’engage très vite dans l’Extrême Droite française et s’investit très rapidement en politique.

Jean-Marie Le Pen

Après ses études, il part en Indochine en 1954 comme parachutiste, et se fait nommer à la tête de l’Union de la défense de la jeunesse française.

Jean-Marie Le Pen, vétéran d’Indochine et militant

Il accède à l’Assemblée à 28 ans, et se distingue comme le plus jeune député de France. En 1956, il quitte momentanément la scène politique pour aller combattre en Algérie.

Officier de renseignement. Il participe à des interrogatoires violents.

Algérie

Quatre témoins Algériens des atrocités de la guerre l’affirment, Jean Marie Le Pen aurait torturé pendant la guerre d’Algérie qui a fait 10 000 morts côté français et 500 000 côté algérien.

« Je n’ai rien à cacher. J’ai torturé parce qu’il fallait le faire. Quand on vous amène quelqu’un qui vient de poser vingt bombes qui peuvent exploser d’un moment à l’autre et qu’il ne veut pas parler, il faut employer des moyens exceptionnels pour l’y contraindre.

C’est celui qui s’y refuse qui est le criminel car il a sur les mains le sang de dizaines de victimes dont la mort aurait pu être évitée ».

Selon le journal officiel français du 12 juin 1957, le député parachutiste Le Pen déclarait également

« J’étais à Alger officier de renseignement (…), comme tel je dois être aux yeux d’un certain nombre de mes collègues ce qui pourrait être le mélange d’un officier SS et d’un agent de la Gestapo. Ce métier, je l’ai fait… »

Mohamed Moulay mort le 28 avril 2012 a perdu son père le 3 mars 1957 dans d’atroces souffrances. Dans la nuit, une patrouille d’une vingtaine de parachutistes conduite, selon les témoins, par un homme grand, fort et blond, que ses hommes appellent « mon lieutenant » et qui se révèlera plus tard être Jean-Marie Le Pen, fait irruption au domicile des Moulay, un petit palais de la Casbah d’Alger.

A droite, Mohamed Moulay. A gauche, son père

Ahmed Moulay, le père, 42 ans, va être soumis à la « question » sous les yeux de ses six enfants et de sa jeune femme.

Supplice de l’eau, torture à l’électricité… Le calvaire va durer plusieurs heures. C’est l’ère de « la torture à domicile » mise en œuvre par l’armée française pendant la « bataille d’Alger« . Ahmed Moulay refuse de donner les noms de son réseau du FLN. Il va en mourir.

Quand Le Pen quitte le domicile des Moulay, à l’aube, laissant derrière lui un cadavre, il oublie sur place un poignard. L’un des jeunes fils du supplicié, Mohamed, 12 ans à l’époque, le trouve et le cache dans le placard du compteur électrique, « sans bien savoir pourquoi« . Le lendemain et le surlendemain, Jean-Marie Le Pen et ses hommes reviennent et mettent la maison à sac pour retrouver le poignard. En vain. L’enfant se tait.

En savoir plus sur : http://www.lemonde.fr/disparitions/article/2012/05/02/mohamed-moulay-l-homme-au-poignard-de-le-pen-est-mort_1694213_3382.html#bZrmLJbqcExL5EUC.99

Création du Front National

origine

En 1972 il accède à la tête de la présidence du Front National.

Dans les années 80, le FN trouve enfin un électorat protestataire face à la nouvelle situation en France : hausse du chômage, crise sociale, inflation… Tous ces problèmes permettent à Le Pen de trouver un responsable : l’Immigration.

A partir de là il ne cesse de gravir des échelons, élu député de Paris en 1986 il parvient à obtenir des sièges dans les différentes assemblées.

En 2002 il crée la surprise en arrivant au second tour des élections présidentielles contre Jacques Chirac.

La France se mobilise alors massivement contre l’extrême droite qu’il représente et un vote massif contre le Front National a lieu.
Les candidats de gauche et de droite appellent à voter contre le Front National.

Le résultat du second tour de l’élection présidentielle de 2002.

Les Polémiques – Liste non-exhaustive

 « Il faut qu’il y ait une autorité, et nous pensons que l’autorité la plus qualifiée dans un ménage est celle de l’homme » (1979)

« L’homosexualité n’est pas un délit, mais elle constitue une anomalie biologique et sociale. »(13 février 1984)

« Le sidaïque […] est contagieux par sa transpiration, ses larmes, sa salive, son contact. C’est une espèce de lépreux. » (1987) Durant l’émission « L’heure de vérité »

« Je ne dis pas que les chambres à gaz n’ont pas existé. Je n’ai pas pu moi-même en voir. Je n’ai pas étudié spécialement la question. Mais je crois que c’est un point de détail de l’histoire de la Deuxième Guerre mondiale. » (13 septembre 1987)

« Hiroshima est un détail de l’histoire aérienne de la guerre » (18 septembre 1987)

« Monsieur Durafour-crématoire, merci de cet aveu. » (2 septembre 1988) en parlant du ministre de la Fonction publique Michel Durafour.

« La Déclaration des droits de l’Homme marque le début de la décadence de la France » (26 août 1989)

En 1990, dans « L’heure de vérité », Jean-Marie Le Pen qualifie Nelson Mandela de « terroriste ».

« Le général De Gaulle était-il plus courageux que ne l’était le Maréchal en zone occupée ? Ce n’est pas sûr. » (1996)

« Oui, je crois en l’inégalité des races. Aux Jeux olympiques, il y a une évidente inégalité entre la race noire et la race blanche, c’est un fait. Je constate que les races sont inégales. »[…]

[…] oui, bien sûr, c’est évident. Toute l’histoire le démontre, elles n’ont pas la même capacité, ni le même niveau d’évolution historique. » Ce sont les mots de Jean-Marie Le Pen en 1996, lors de l’université d’été du Front national. (9 septembre 1996)

« Je vais te faire courir moi tu vas voir, rouquin…PD! » (1997)

« Mon personnel de maison est noir, mon cuisinier est noir […] que faut-il que je fasse ? Que je me marie avec un noir, homosexuel et sidaïque ? » (21 avril 2002)

En 2010, Jean-Marie Le Pen se félicite d’avoir acheté une belle maison de campagne pour ses enfants qui « habitaient dans le 15e ». Pourquoi ? Pour voir des vaches plutôt que des « arabes »

« Savez-vous que le prénom du petit-fils de Sarkozy est Solal, ce qui ne relève pas d’une franche assimilation de sa famille à la société française, et que Mohammed est le prénom le plus donné aux nouveau-nés à Marseille ? » (2010)

« Un homme qui ne boit pas de vin n’est pas tout à fait respectable, selon moi. » (29 juillet 2011)

« La première usine qu’il faut faire en France, c’est une usine à couilles ! » (2012)

« Le bobo est plutôt de gauche et il est plutôt poilu de la gueule. C’est la mode musulmane ça, d’être poilu de la gueule. Comme ça, ça vous fait prendre pour un FLN. » (17 avril 2012)

En juillet 2013, le président d’honneur du Front national accorde une interview à « Nice Matin« . Il parle des Roms :

« Vous avez quelques soucis avec des centaines de roms qui ont dans la ville une présence urticante et odorante ». Il est condamné à 5000 euros d’amende.

ebola

Dans une vidéo réalisée par le FN en juin 2014, Jean-Marie Le Pen parle des artistes ayant menacé de quitter la France si le Front national arrivait au pouvoir. Et quand il parle de Patrick Bruel, voici ce que le président d’honneur du parti déclare :

« Lui ça ne m’étonne pas, on fera une fournée la prochaine fois. »

Par la suite.

« Je comprends tout à fait qu’on mette en cause la démocratie, qu’on la combatte. »(8 avril 2015)

« Je n’ai jamais considéré le maréchal Pétain comme un traître. » (8 avril 2015)

Le 2 avril 2015, sur BFMTV, que les chambres à gaz étaient des « détails de l’Histoire ».

Retour sur la totalité des polémiques de Jean Marie Le Pen en vidéo

Condamnations

► 8 février 2008. Trois mois de prison avec sursis et 10.000 euros d’amende pour avoir dit, en 2005, dans la revue d’extrême droite Rivarol  que l’occupation allemande n’avait pas été « particulièrement inhumaine ».

Peine confirmée le 21 janvier 2009 par la cour d’appel de Paris.

► 24 fév 2005. La cour d’appel de Paris le condamne à 10.000 euros d’amende pour des propos publiés dans Le Monde(voir le site) du 19 avril 2003:

« Le jour où nous aurons en France, non plus 5 millions mais 25 millions de musulmans, ce sont eux qui commanderont et les Français raseront les murs, descendront des trottoirs en baissant les yeux… »

► 25 nov 1998. Avec Bruno Mégret, ils doivent verser 10.000 francs (1.524 euros) de dommages-intérêts à l’Union des étudiants juifs de France (UEJF) pour des propos sur « l’inégalité des races ».

► 17 nov 1998. Il est condamné à Versailles à un an d’inéligibilité, 750 euros d’amende et 3 mois d’emprisonnement avec sursis pour « violences » envers une candidate socialiste à Mantes-la-Jolie, dans les Yvelines, lors de la campagne des législatives de 1997.

Il perd en octobre 2000 ses mandats de conseiller régional de Provence-Alpes-Côte d’Azur et de député européen mais la Cour de justice européenne de Luxembourg le rétablira dans son mandat européen le 26 janvier 2001.

► 26 déc 1997. Les chambres à gaz, « détail de l’histoire ». Pour avoir répété ces propos, le tribunal de Nanterre le condamne à verser jusqu’à 750 euros à 11 associations.

La cour d’appel confirmera le 13 septembre 1999 et il sera également condamné à Munich pour ces faits le 2 juin 1999, à une amende d’un montant non révélé et à un franc symbolique de dommages-intérêts.

► 4 juil 1997. 750 euros d’amende pour avoir traité de « gros zébu fou » le président de SOS-Racisme Fodé Sylla, le 2 août 1996.

► 3 juin 1993. La cour d’appel de Paris le condamne à 10.000 francs d’amende (1.524 euros) pour son jeu de mot injurieux de 1988, « Durafour crématoire », visant le ministre Michel Durafour.

► 18 mars 1991. La cour d’appel de Versailles le condamne à verser 1,2 million de francs (183.000 euros) à 11 associations pour avoir déclaré sur RTL le 13 septembre 1987, à propos de l’existence des chambres à gaz nazies :

« Je n’ai pas spécialement étudié la question, mais je crois que c’est un point de détail de l’histoire de la Seconde Guerre mondiale. »

http://lci.tf1.fr/france/justice/jean-marie-le-pen-en-9-condamnations-8333631.html

Vendredi 17 Avril 2015, Jean Marie Le Pen devait être convoqué au conseil disciplinaire du Front National. Le président d’honneur devait répondre de des propos polémiques et réitérés sur le « détail des chambres à Gaz « . Or suite à des soucis de santé et une hospitalisation, l’audience a été reportée.

Lundi 27 Avril 2015, le journal Médiapart dénonce de l’argent caché en Suisse par Jean Marie Le Pen. Selon les informations obtenues et après une enquête minutieuse, Jean-Marie Le Pen a détenu un compte caché chez HSBC, puis à la Compagnie bancaire helvétique (CBH). Un peu plus de 2,2 millions d’euros ont été déposés sur ce compte, dont 1,7 million sous forme de lingots et de pièces d’or. Le parquet de Paris a ouvert une enquête préliminaire suite au signalement de la Commission pour la transparence financière de la vie politique.

Exclu du Front National le 20 Août 2015 :

A l’issue de la réunion qui s’est tenue ce jour, le bureau exécutif du Front national, réuni en formation disciplinaire, a délibéré et a décidé, à la majorité requise, l’exclusion de M. Jean Marie Le Pen comme membre du Front national. La décision complète et motivée sera notifiée prochainement à M. Le Pen.


tampon luttons

Pour aller plus loin :

http://rebellyon.info/Tortures-par-Le-Pen-par-Hamid.html?hc_location=ufi

http://www.parismatch.com/Actu/Politique/En-images/Marine-et-Jean-Marie-Le-Pen-une-histoire-de-famille-745116

http://www.mediapart.fr/journal/france/270415/largent-cache-de-jean-marie-le-pen-en-suisse

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s