« La mort miséricordieuse » ou le sort des handicapés sous Hitler |LCLFN

Si l’Allemagne devait avoir un million d’enfants par an et se défaire des sept cent ou huit cent mille les plus faibles d’entre eux, il en résulterait peut-être au final un accroissement général de notre force. Adolph Hitler (1929)

Quelques mois après sa prise de pouvoir, Hitler instaure une politique de stérilisation  systématique des personnes ayant un handicap congénital (surdité, cécité, épilepsie, maladies mentales, malformations physiques). Considérées comme inutiles et improductives, elles constituaient une charge pour l’Allemagne conquérante.

Les témoignages des sourds qui ont survécu n’ont pu être qu’oraux car la langue des signes n’est pas une langue écrite. leur histoire est malheureusement condamnée à disparaître des mémoires.

On estime que sur 100 000 sourds allemands d’alors, le tiers a été stérilisé. Les réfractaires étaient déportés.

L’Eglise elle-même milita pour la stérilisation.

Aujourd’hui, la stérilisation contrainte est considérée comme un crime contre l’Humanité selon le Statut de Rome.

Justifié par l’eugénisme et les théories de Darwin (selon lesquelles entre autre il est probable que le « talent » et le « génie » chez l’Homme soient héréditaires), l’Allemagne nazie a stérilisé plus de 400 000 personnes au nom de l’idéal de la pureté de la race.

Bouhler

Description de l'image Karl_Brandt_SS-Arzt.jpg.

Brandt

Ce qui caractérise le programme « d’hygiène raciale » nazie c’est qu’il a été élaboré et exécuté techniquement par des médecins. Il s’agissait d’une approche scientifique de la sélection reposant sur une décision médicale de vie ou de mort, sous l’égide du Comité du Reich pour l’étude scientifique des maladies graves, héréditaires et congénitales créé et dirigé par les médecins Karl Brandt et Philip Bouhler.

 Le Reichsleiter Bouhler et le docteur en médecine Brandt sont chargés, sous leur responsabilité, d’étendre les attributions de certains médecins à désigner nominativement.

Ceux-ci pourront accorder une mort dite miséricordieuse aux malades qui auront été jugés incurables selon une appréciation aussi rigoureuse que possible. (Adolph Hitler – 1er septembre 1939)

 En 1940, ce sont des médecins qui ouvrent le robinet dans les chambres à gaz camouflées en douches.

Les nazis cultivent le mensonge, les chambres à gaz sont maquillées en salles de douches

  • Janvier 1940 : Entrée en fonctionnement des chambres à gaz dans les  » instituts d’euthanasie  » allemands.
  • Août 1941 : Le personnel d’Hadamar fêtait son dix millième gazé au cours d’une réception entre collègues et en présence du cadavre.
  • Été 1941 : Plus de soixante-dix mille personnes furent ainsi mises à mort.
  • 3 Septembre 1941 : Premier essai de gazage ai Zyklon B à Auschwitz-Birkenau.
  • Décembre 1941 : C’est le début de l’utilisation des camions à gaz itinérants sur les territoires soviétiques : le tuyau d’échappement reflue le gaz à l’intérieure du véhicule pour en asphyxier les victimes.C’est l’ouverture de Chelmno, premier camp d’extermination en Pologne et il en est équipé.
  • 20 janvier 1942 : Conférence secrète de Wannsee où trente représentants d’administrations coordonnent les mesures prises en vue de la Solution finale.
  • 1942 : En une année, 145 000 Juifs et 5 000 Tsiganes sont assassinés à Chelmno : c’est un résultat encourageant pour les nazis qui décident d’appliquer ce  » traitement  » à plus grande échelle dans des bâtiments, des chambres spécialement aménagées. C’est l’ouverture des cinq autres camps d’extermination : Belzec, Sobibor, Trerblinka, Auschwitz-Birkenau, Maïdanek qui existaient déjà comme camps de concentration.
  • 1945 : dans la nuit du 28 au 29 avril, dernier gazage de l’ère nazie sur des résistants autrichiens à Mauthausen.

L’Aktion T4

L’aktion T4, appelé aussi «programme d’euthanasie» est un véritable protocole d’élimination des handicapés physiques et mentaux mis en œuvre dès 1939 à la demande expresse d’Hitler.

Pour qualifier cette entreprise, le führer employa un mot plus doux, celui de «gnadentod» qui peut se traduire par «mort infligée par pitié» ou «mort miséricordieuse».

Loin de ne concerner que les assassinats par le moyen des chambres à gaz, cela inclut l’élimination des malades mentaux par des injections médicamenteuses létales et d’autres méthodes. Ces opérations étaient effectuées sans avertir les proches des patients concernés.

Les premières victimes des gazages furent des malades mentaux allemands. L’euthanasie, au sens où l’entendaient les nazis, visait au départ à « libérer le peuple de la charge des malades mentaux«  .

Elle atteignit par la suite les enfants mal formés. La forme d’euthanasie la plus importante par le nombre des victimes, était désignée sous le nom de code «  opération T 4  » et concernait les adultes.

La population allemande était endoctrinée pour accepter ce « traitement » des personnes handicapées. A l’école, ce problème d’arithmétique était, par exemple, soumis aux élèves :

Un malade mental coûte quotidiennement environ 4 Reichsmarks, un infirme 5,5 RM, un criminel 3,5 RM, un apprenti 2 RM. Faites un graphique avec ces chiffres. D’après de prudentes estimations, il y aurait en Allemagne 300.000 malades mentaux, épileptiques, etc. qui reçoivent des soins permanents.

Calculez combien coûtent annuellement ces 300.000 malades mentaux et épileptiques. Combien de prêts non remboursables aux jeunes ménages à 1.000 RM pourrait-on faire si cet argent pouvait être économisé ?.

En revanche si la population et même l’Eglise étaient favorables à la stérilisation des handicapés, et malgré les efforts des nazis pour garder secrète l’opération Aktion T4, des rumeurs se propagent et les habitants remarquent des émanations de fumée après chaque convoi.

Les familles des victimes elles-mêmes font le lien entre la disparition de leurs proches et cette fumée. C’est de l’église catholique allemande elle-même en la personne de l’évêque August Von Galen que viendra la protestation.

 Il y a un soupçon général, confinant à la certitude, selon lequel ces nombreux décès inattendus de malades mentaux ne se produisent pas naturellement, mais sont intentionnellement provoqués, en accord avec la doctrine selon laquelle il est légitime de détruire une prétendue « vie sans valeur » En d’autres termes de tuer des hommes et des femmes innocents, si on pense que leurs vies sont sans valeur future au peuple et à l’État.

Une doctrine terrible qui cherche à justifier le meurtre des personnes innocentes, qui légitimiste le massacre violent des personnes handicapées qui ne sont plus capables de travailler, des estropiés, des incurables des personnes âgées et des infirmes ! […]

Si on l’admet, une fois, que les hommes ont le droit de tuer leurs prochains « improductifs » – quoique cela soit actuellement appliqué seulement à des patients pauvres et sans défenses, atteints de maladies . Alors la voie est ouverte au meurtre de tous les hommes et femmes improductifs : le malade incurable, les handicapés qui ne peuvent pas travailler, les invalides de l’industrie et de la guerre.

La voie est ouverte, en effet, pour le meurtre de nous tous, quand nous devenons vieux et infirmes et donc improductifs. Alors on aura besoin seulement qu’un ordre secret soit donné pour que le procédé, qui a été expérimenté et éprouvé avec les malades mentaux, soit étendu à d’autres personnes « improductives ».

Qu’il soit également appliqué à ceux qui souffrent de tuberculose incurable, qui sont âgés et infirmes, aux personnes handicapées de l’industrie, aux soldats souffrant de graves blessures de guerre !

L’allusion de Galen aux soldats souffrant de graves blessures influence de hauts responsables du Troisième Reich. En 1941, Hitler ordonne l’arrêt de l’Aktion T4 tout en s’assurant que l’élimination des enfants handicapés se poursuive. L’élimination des handicapés se poursuivra jusqu’à la fin de la guerre malgré tout, de manière moins systématique.

tampon luttons


Pour aller plus loin: http://www.yanous.com/news/focus/focus051118.html http://clg-rschuman-amilly.tice.ac-orleans-tours.fr/php5/projets/Bouat/99_00/expression.html

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s