Ces Musulmans qui ont sauvé des Juifs | LCLFN

A l’heure où des distensions chaque jour plus grandissantes se créent entre juifs et musulmans, beaucoup essaient trop souvent de réécrire l’histoire, attribuant aux uns le rôle proche de l’ennemi nazi ou atténuant aux autres leur souffrance dans ce second conflit mondial, il est bon de revenir sur ce versant méconnu des liens qui unissent « les Musulmans et les Juifs ».

La Mosquée de Paris fondée en 1926 en hommage aux soldats musulmans tombés pour la France va devenir un point de ralliement très important dès le début de la seconde guerre mondiale.

Il y avait possibilité de trouver de quoi se nourrir et s’habiller. Des témoignages tardifs rapportent que des Juifs auraient pu être sauvés des nazis grâce a des musulmans. Il y aurait eu également un réseau de résistance autour de l’hôpital franco-musulman de Bobigny avec une filière d’évacuation.

Le Mémorial Yad Vashem reconnaît 70 d’entre eux qui ont été élevés au rang de «Justes parmi les Nations».

On connaît peu les Francs-tireurs et Partisans algériens, surnommés  «le Groupe Kabyle», qui après la grande rafle de Juifs de Juillet 42 ont diffusé un tract qui s’intitulait  «Comme nos enfants».

 

«Hier, à l’aube, les juifs de Paris ont été arrêtés, les vieillards, les femmes comme les enfants, en exil comme nous, ouvriers comme nous, ce sont nos frères et leurs enfants sont nos enfants […]

[..] Si quelqu’un d’entre vous rencontre un de ces enfants, il doit lui donner asile et protection, le temps que le malheur passe.»

Ils étaient communistes et athées et c’est ce qu’ils ont fait avec Si Kaddour Benghabrit, le très croyant recteur de la Grande Mosquée de Paris.

Kaddour Benghabrit

 

De 1942 à 1944, la Mosquée logea, outre des parachutistes anglais, des Juifs en fuite, surtout des enfants, le temps de leur procurer des papiers et de leur faire gagner la zone libre.

Selon les témoignages, la Mosquée abrita entre 500 et 1500 Juifs et leur a fourni des papiers algériens ou des attestations de foi musulmanes. (essentiellement des séfarades se faisant passer pour des «mahométans» afin d’échapper aux rafles et aux arrestations )

http://bibliobs.nouvelobs.com/actualites/20110927.OBS1193/quand-la-mosquee-de-paris-sauvait-des-juifs.html

 

  • L histoire d’Abdelkader Mesli :

«Mon père a participé à cette forme de résistance», explique Mohamed Mesli.

Dénoncé à la Gestapo, torturé puis déporté en juillet 1944, il ne révélera jamais les noms des membres de son réseau. Libéré du camp de Dachau en mai 1945, il prendra finalement la tête de la mosquée de Bobigny dans les années 1950.

 

Carte de combattant - 27 juin 1952002.jpg

 

Carte de déporté - 18 juillet 1950001.jpg

 

 

Parmi les «Justes», la famille Hardaga de Bosnie, donnant refuge à la famille juive Kavilio quand les forces allemandes occupent la Bosnie en 1943.
Un demi-siècle plus tard, les Hardaga étaient eux-mêmes sauvés par les Kavilio pendant la guerre de Bosnie.

  • Mustafa et Zejneba Hardaga «Notre maison est votre maison».

Avril 1941, Sarajevo, lors de l’invasion Allemande, un bombardement contraint la famille Kavilio à fuir vers les collines. Sur le chemin, ils rencontrent Mustafa Hardaga, un ami musulman, propriétaire d’une usine. Il leur propose immédiatement de les héberger.

Les Hardaga étaient musulmans pratiquants, selon leur tradition musulmane, les femmes devaient porter un voile et recouvrir le visage en présence d’étrangers. Avoir un homme à la maison, de plus un étranger, était une pratique des plus inhabituelles. Cependant, ils étaient considérés comme faisant partie de la famille.

 

032

Zejneba (extrême droite) avec sa belle-sœur (extrême gauche)

 

«Notre maison est votre maison»

La famille Kavilio fut hébergée par les Hardagas pendant une courte durée jusqu’à ce que Josef Kavilio se sente capable de se déplacer avec sa femme et ses enfants. Ils se dirigèrent vers Mostar, une zone sous contrôle italien. Les juifs étaient à cet endroit relativement en sécurité.

Finalement ils ont été arrêtés et emprisonnés par les Oustachis. Mais en raison des intempéries et de la neige, les prisonniers ne pouvaient plus être transférés de Sarajevo à l’infâme camp de Jasenovac près de Zagreb.

Lieu où les Croates tuaient systématiquement les Serbes, les Juifs et les Roms.

Enchaînés debout dans la rue, Kavilio témoigna qu’il aperçut au coin de la rue le visage d’une femme voilée avec des larmes dans les yeux. Non perturbée par le danger, elle a commencé à apporter de la nourriture aux prisonniers quotidiennement.

Zejneba Hardaga avec son fils et sa fille, Sarajevo

Zejneba Hardaga avec son fils et sa fille, Sarajevo

Plus tard, avec l’aide d’autres prisonniers, Josef Kavilio réussit à s’échapper et se mit à l’abri dans la maison des Hardaga. La famille l’accueille de nouveau chaleureusement défiant tout danger puisque le siège de la Gestapo étaie à proximité et les risques étaient immenses.

La guerre prend fin et les années passent. La famille Kavilio décide d’immigrer en Israël en 1984. C’est alors qu’il ont demandé à Yad Vashem la reconnaissance des Hardaga et de Ahmed Sadik comme «Justes parmi les Nations».

Un an plus tard, Zejneba Hardaga est venue en Israël pour planter un arbre au nom de sa famille.

Zejneba (fourth from the right) at the tree planting ceremony in honor of her family, Yad Vashem, 1985

Zejneba (quatrième à partir de la droite) lors de la cérémonie de plantation d’arbres en l’honneur de sa famille, Yad Vashem 1985

Cinquante ans après l’Holocauste, en 1994, pendant la guerre de Sarajevo, sous l’attaque des forces serbes, Zejneba et sa famille étaient en grand danger. Avec l’aide d’une association «Joint Distribution Committee», Yad Vashem a réussi à lancer un appel au Président de la Bosnie pour permettre à Zejneba de venir en Israël.

C’est donc en Février 1994 que Zejneba, sa fille et son mari arrivèrent en Israël, accueillis par des responsables gouvernementaux, des représentants de Yad Vashem et de la Famille Kavilios.

La Famille Hardaga avait abrité une famille juive pendant la période la plus sombre de l’histoire juive au prix des risques encourus et de l’immense danger permanent, ils ont été a leur tour protégés par les Kavilios.

  • Mohamed Helmy

Mohamed Helmy Bahgat Badawi

 

Né à Khartoum en 1901, il poursuit des études de médecine à Berlin et obtient son diplôme. Il devient un éminent médecin. Pendant la guerre, avec l’aide de sa fiancée Frieda Szturmann, il sauve les Boros, une famille juive de 4 personnes.

« La gestapo savait que le docteur Helmy était notre médecin de famille et qu’il possédait une cabane, a-t-elle témoigné par la suite. Mais il est toujours parvenu à échapper à leurs interrogations. Il m’a cachée dans sa cabane à Berlin du 10 mars 1942 à la fin des combats en 1945 […]

[…] Lorsque la pression devenait trop forte, il m’emmenait chez des amis qui me gardaient avec eux durant quelques jours. Le docteur Helmy a fait tout cela pour moi par pure générosité et je lui en serai reconnaissante pour l’éternité » témoignera Anna Boros (21 ans à l’époque des faits )

Immigrée aux Etats Unis après la guerre, Anna Boros, devenue Anna Gutman témoigna du courage du docteur, et adressa plusieurs courriers au sénat Allemand. Ses archives officielles, ont récemment été transmis au Mémorial Yad Vashem, qui décida de décerner le titre de Juste parmi les Nations au médecin égyptien Mohamed Helmy, mort en 1982.

Yad vashem

Mohamed Helmy et sa famille

 

 

Pour conclure

La reconnaissance par Yad Vashem de la contribution des musulmans dans le sauvetage et la survie de familles juives persécutées pendant l’Holocauste est un pas de plus dans la réconciliation des communautés juives et musulmanes. Il reste beaucoup à faire et c’est à chacun d’entre nous qu’il incombe de ne jamais oublier, de ne jamais transformer l’Histoire, pour ne jamais la minimiser.

tampon luttons

 

 

 

 

 


Pour aller plus loin : 

http://bibliobs.nouvelobs.com/actualites/20110927.OBS1193/quand-la-mosquee-de-paris-sauvait-des-juifs.html

http://www.yadvashem.org/yv/en/righteous/stories/hardaga.asp

http://coolisrael.fr/14222/anti-buzz-ces-musulmans-qui-ont-sauve-des-juifs

http://www.lefigaro.fr/international/2013/09/30/01003-20130930ARTFIG00625-pour-la-premiere-fois-un-arabe-est-nomme-juste-parmi-les-nations.php

Publicités

Une réflexion sur “Ces Musulmans qui ont sauvé des Juifs | LCLFN

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s