La répression et la persécution des Francs-Maçons sous le Régime de Vichy

L’anti-maçonnisme a été un phénomène très virulent entre 1900 et 1945ligue française

Il a atteint son apogée sous le Régime de Vichy et avec le Maréchal Pétain.
C’est en juin 1940 que le Gouvernement de Vichy sera installé.

Il ne faudra pas attendre très longtemps pour que la répression, la chasse aux francs-maçons commencent de façon immodérée.

La Franc-Maçonnerie n’a jamais été une société secrète, mais discrète, étant donné qu’elle est une association régie par la Loi 1901.

Il était donc très facile d’obtenir la liste de ses membres, et c’est ce que fit mettre en place le Maréchal Pétain dès Août 1940, avec la Loi du 13 Août 1940.

Le Maréchal Pétain déclarait ainsi que :

Un Juif n’est jamais responsable de ses origines, un franc-maçon l’est toujours de son choix .

Ainsi, pour lui, la lutte antimaçonnique devint une vraie obsession personnelle.

Il fit promulguer le 13 août 1940 une fameuse Loi de Vichy qui devait dissoudre les « sociétés secrètes » et, quelques jours plus tard, sont déclarées nulles les associations dites de la Grande Loge de France, et du Grand Orient de France, en métropole et dans l’empire.

C’est ainsi que le 19 août 1940, le Journal Officiel publie le décret de dissolution du Grand Orient de France et de la Grande Loge de France, les autres obédiences seront, elles, dissoutes le 27 février 1941.
En application de la Loi du 13 août 1940, les mandats politiques, les postes de l’administration publique et beaucoup de corps de métiers seront alors interdits aux francs-maçons.

Les francs-maçons sont pourchassés et livrés à la vindicte populaire avec des listes de noms publiés dans les journaux collaborationnistes. Ils sont très souvent chassés de leur emploi s’ils sont fonctionnaires ou chargés d’une mission publique.  

declaration sur  l honneur pour entrer dans administration

Le 17 septembre 1941, le Maréchal Pétain nomme Bernard Faÿ administrateur général de la Bibliothèque Nationale et ce dernier est chargé de l’organisation du Musée des  »Sociétés secrètes » et de la conservation des documents et objets saisis conformément à la loi du 13 août 1940 !

Mais ce décret va plus loin, puisqu’il y donne mission aussi à Bernard Faÿ de rechercher, de réunir, de conserver et d’éditer tous les documents maçonniques en vue de l’application de la Loi du 11 août 1941.

Ainsi en application de cette loi du 11 août 1941, le Service des sociétés secrètes fut créé et dirigé donc par Bernard Faÿ.

decret fay

Voici le bilan approximatif de ce Service des sociétés secrètes:

170 000 fiches de « suspects établis ».
60 000 fiches de Francs-Maçons.
6000 Francs-Maçons inquiétés.
989 Francs-Maçons déportés (on le verra par la suite, ce chiffre n’est pas du tout exhaustif ).
540 Francs-Maçons morts en déportation ou fusillés.

Nous le disions donc, la liste des Francs-Maçons exécutés, déportés n’est pas exhaustive.
En effet, il semble que les Francs-maçons n’aient pas eu de marque distinctive spécifique dans les camps, car ils n’étaient en général pas déportés seulement pour leur appartenance à la Franc-Maçonnerie.

Les francs-maçons surveillés ne furent pas arrêtés et déportés en tant que tels, mais en raison généralement de leur appartenance  et de leur participation à un quelconque « foyer » de Résistance.

Ainsi, les Francs-Maçons pouvaient porter l’étoile jaune parce que déportés pour être juif, le triangle rouge pour être déportés pour raisons politiques, le triangle vert pour les déportés de droit commun en détention préventive, ou encore le triangle rose pour le fait d’être homosexuel.

Le service des sociétés secrètes avait  identifié en 1941 quelques 60 000 francs-maçons, et avait fait publier au Journal Officiel les noms de 14 000 d’entre eux ! Ils seront déportés en camps de concentration.

Le Service des sociétés secrètes dirigé par Bernard Faÿ avait été installé dans les locaux du Grand Orient de France.

Jusqu’en 1943, le Général de Gaulle s’est abstenu de prendre position sur le  »problème » de la Franc-Maçonnerie, jusqu’à l’arrivée à Alger de Michel Dumesnil de Gramont, Grand Maître de la Grande Loge de France, et grâce à Yvon Morandat, et dès lors le Général de Gaulle déclara:

Nous n’avons jamais reconnu les lois d’exception de Vichy. En conséquence, la Franc-Maçonnerie n’a jamais cessé d’exister.

Nous tenons à remercier pour cet article les personnes qui ont écrit des textes avec de nombreuses recherches fort intéressantes, mais dont nous ne dévoilerons pas les sources et noms exceptionnellement, car :

Une règle a de tout temps prévalu en Franc-Maçonnerie : On peut sans problème dire son appartenance à l’Ordre, mais on ne peut révéler celle d’un frère ou d’une soeur. Il s’agit tout simplement de respecter la volonté et le libre arbitre de chacun. Et l’Histoire a démontré de façon dramatique que le fait d’être franc-maçon n’était pas sans risque.

La Franc-Maçonnerie a beaucoup alimenté la résistance pendant la Guerre 39-45, la montée des partis anti-républicains peuvent hélas nous laisser penser que l’Histoire pourrait se répéter si nous ne veillons pas à garder en mémoire les atrocités du passé.

Il ne faut en outre pas perdre de vue que les lois de Vichy ont tout simplement renié la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen sur tous les droits inaliénables et fondamentaux qu’elle consacrait à tous les individus.

tampon luttons

Publicités

Une réflexion sur “La répression et la persécution des Francs-Maçons sous le Régime de Vichy

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s