Témoignage

En février 43, trois jeunes : Georges Tutin 18 ans, Paul Loiseaux 17 ans et son frère Ernest 16 ans trouvent du travail dans une entreprise de travaux publics :

L’entreprise « Drouart Frères ».

L’entreprise les envoie, presque immédiatement, travailler au terrassement sur des installations allemandes qui se développent à l’entrée de Pargny. Il s’agit, on le saura plus tard, de la construction d’un poste de détection des avions alliés.

Un camion de la société Drouart prend les ouvriers le matin et les ramène le soir.

Il semble que les rapports entre les trois jeunes et le chef de chantier, François Belli ne soient pas des meilleurs. Celui ci collaborateur zélé avec les Allemands harcèle continuellement ces jeunes, pour les obliger à un travail qu’au contraire ils freine aux maximum ; c’est là leur manière de résister.

Le 6 mars, les altercations prennent de l’ampleur. L’un de nos trois amis aurait déclaré à Belli :

 » Pourquoi vous fatiguer, puisque dans peu de temps les avions anglais vont tout démolir ».

La journée se termine ainsi ; Belli furieux , Georges, Paul et Ernest inquiets. Ils en feront part à leurs parents le soir en rentrant.

Le 7 mars, à l’arrivée sur le chantier, ils trouvent un responsable allemand qui les fait arrêter immédiatement. Belli les a dénoncés comme saboteurs et agitateurs politiques, c’est le terme consacré pour tous ceux qui osent affronter l’ordre allemand.

Le jour-même, les trois jeunes sont enfermés dans la prison de Laon, puis transférés à Saint-Quentin. Ils ont alors confiance ; ils pensent que pour une si petite chose on ne va pas les garder bien longtemps.

Ils savent que dans leur village en particulier le doyen Coçu, on se démène pour les tirer de là.

Malheureusement, en juin, ils se retrouvent au camp de Royallieu à Compiègne. (Stalag 122).

Ceux qui s’intéressent encore un peu au système concentrationnaire nazi pendant la dernière guerre, savent que là commençait l’enfer et qu’il était alors impossible de s’en sortir.

Le 25 juin 1943 ils quittaient Compiègne et la France.

Tutin (Georges, Henri), né le 7 avril 1925 à Crécy (Aisne), décédé le 2 février 1944 à Dora (Allemagne).

http://www.memorial-compiegne.fr/iso_album/dossier_de_presse.pdf

http://www.buchenwald-dora.fr/3temoignages/tem/024.htm

http://www.devoiretmemoire.org/actualites/reportages/2008/20080224.html

Le camp de Royallieu – Compiègne

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s