Buchenwald

 

Il y a 72 ans, le 11 Avril 1945 fut libéré le camp de Buchenwald par l’armée Américaine.

Près de 250 000 personnes originaires de tous les pays d’Europe ont été emprisonnées dans ce camp construit par le régime NAZI près de Weimar.

Plus de 56 000 y ont perdu la vie, dont 11 000 Juifs. Il y avait là de très nombreux prisonniers politiques, dont beaucoup de Belges : 5500 au total.

 

buchenwald-entree

Des fils barbelés électrifiés, des miradors et une série de sentinelles équipées de mitrailleuses automatiques entouraient le camp principal. La prison, appelée le Bunker, était située à l’entrée du camp principal. Les SS abattaient souvent les prisonniers dans les écuries et en pendaient dans la zone de crémation.

FIL DE FER BARBELÉ BUCHENWALD 2 crop

Fil de fer barbelé du crematorium de Buchenwald

La plupart des premiers détenus à Buchenwald furent des prisonniers politiques. Cependant en novembre 1938, à la suite de la Nuit de cristal, les SS et la police allemande envoyèrent près de 10 000 hommes juifs à Buchenwald où les autorités du camps leur infligèrent un traitement d’une extrême cruauté.

DRAPEAU BUCHENWALD 2 crop

A partir de 1941, des médecins et des scientifiques pratiquèrent des expériences médicales sur des prisonniers de Buchenwald.

Ces expériences, qui se déroulaient dans des baraquements spéciaux situés dans la partie nord du camp principal sous l’autorité de Waldemar Hoven, médecin du camp le plus longtemps en fonction à Buchenwald, visaient à tester l’efficacité de vaccins et de traitements contre des maladies contagieuses comme le typhus, la typhoïde, le choléra et la diphtérie et provoquèrent des centaines de morts.
Des bocaux contenant des organes humains prélevés sur des prisonniers ont été retrouvés à Buchenwald.

Des bocaux contenant des organes humains

En 1944, le médecin danois Carl Vaernet commença une série d’expériences censées « guérir » l’homosexualité de prisonniers en leur implantant des hormones.

Le 11 avril 1945, des prisonniers affamés et émaciés prirent d’assaut les tours de guet et s’emparèrent du contrôle du camp.

Buchenwald 312

Le jour de la libération il restait 21 000 survivants à Buchenwald.

http://player.ina.fr/player/embed/AFE86003098/1/1b0bd203fbcd702f9bc9b10ac3d0fc21/460/259

http://www.ina.fr/contenus-editoriaux/articles-editoriaux/buchenwald-liberation-du-camp

Il y a au mur les photos noir et blanc qui traduisent l’horreur des camps. Et un drapeau tout en couleurs.

Sous une porte du camp, marquée du cynique « Jedem das Seine » (« A chacun son dû »)

« Dans la vitrine, il y a ce drapeau aux trois couleurs nationales. Ce drapeau belge sur lequel les anciens ont brodé le mot ‘Buchenwald‘, probablement clandestinement, en volant ou en détournant ces bouts de tissus de nos trois couleurs nationales pour dès lors l’offrir à leurs libérateurs », raconte Olivier Van der Wilt, conservateur au Mémorial National du Fort de Breendonk.

Le drapeau a été confectionné par Henri Glineur, prisonnier politique.

« Ces Belges déportés sont évidemment ceux que l’occupant reconnaît comme les ennemis du Reich. Ce sont donc, pour la plupart, des résistants, des opposants au régime, des gens arrêtés pour des activités patriotiques, des gens de la presse clandestine, de la résistance armée. »

Parmi eux, Albert Lemal, dont on peut découvrir les habits de détenu identifiables.

« Vous voyez un triangle rouge brodé : c’est le signe pour les prisonniers politiques. Le ‘B’ inscrit à l’intérieur vaut évidemment pour ‘Belge’. Et, en-dessous, ce qui est quelque part son nouveau nom, puisqu’on les déshumanise dans les camps : le 49337. C’est le nom qu’il doit dorénavant porter, il doit oublier son nom et son prénom, il n’existe plus en tant qu’individu. »

Le camp de concentration de Buchenwald libéré il y a 70 ans

Le ‘B’ inscrit à l’intérieur vaut évidemment pour ‘Belge’.

Après la guerre, l’État reconnaîtra environ 42 000 Belges comme prisonniers politiques, dont près de 13 000 à titre posthume.

buchenwald

http://www.rtbf.be/info/societe/detail_le-camp-de-concentration-de-buchenwald-libere-il-y-a-70-ans?id=8953683

Le samedi 11 avril 2015 à l’emplacement du camp de concentration de Buchenwald 80 des survivants de la Shoah ont observé une minute de silence sur le site de l’ancien camp nazis, lieux de leur calvaire, 70 ans jour pour jour après sa libération. Des anciens prisonniers, venus de toute l’Europe d’Australie ou du Canada, mais aussi vétérans de l’armée américaine qui ont libéré le camp le 11 avril 45. « La minute de silence a eu lieu à 15h15« , une heure choisie car elle correspond à celle de leur libération par les troupes Américaines.

En effet le 11 avril 1945, les soldats américains ont atteint le camp, mettant en fuite la plupart des SS chargés de sa surveillance. Ils ont rapidement poursuivi leur marche sur Weimar. Certains prisonniers ont alors sorti des armes cachées en vue d’une éventuelle insurrection et ont achevé la libération du camp.

W-Buchenwald008

 

  • Le « Serment de Buchenwald », 19 avril 1945

Le 19 avril 1945, lors dʼune cérémonie funéraire internationale pour les morts du camp, les survivants prêtent un serment, connu ultérieurement sous le nom de

« Serment de Buchenwald »

camp

« Nous, les détenus de Buchenwald, nous sommes venus aujourdʼhui pour honorer les 51 000 prisonniers assassinés à Buchenwald et dans les Kommandos extérieurs par les brutes nazies et leurs complices. 51 000 des nôtres ont été fusillés, pendus, écrasés, frappés à mort, étouffés, noyés, empoisonnés et tués par piqûres. 51 000 pères, frères, fils sont morts dʼune mort pleine de souffrances, parce quʼils ont lutté contre le régime des assassins fascistes. 51 000 mères, épouses et des centaines de milliers dʼenfants accusent. Nous, qui sommes restés en vie et qui sommes des témoins de la brutalité nazie, avons regardé avec une rage impuissante la mort de nos camarades. Si quelque chose nous a aidés à survivre, cʼétait lʼidée que le jour de la justice arriverait.

AUJOURDʼHUI NOUS SOMMES LIBRES

Nous remercions les armées alliées, les Américains, les Anglais, les Soviétiques, et toutes les armées de libération qui luttent pour la paix et la vie du monde entier. Nous rendons hommage au grand ami des antifascistes de tous les pays, à lʼorganisateur et initiateur de la lutte pour un monde nouveau, que F.D. Roosevelt. Honneur à son souvenir. Nous, ceux de Buchenwald, Russes, Français, Polonais, Tchécoslovaques et Allemands, Espagnols, Italiens et Autrichiens, Belges et Hollandais, Luxembourgeois, Roumains, Yougoslaves et Hongrois, nous avons lutté en commun contre les SS, contre les criminels nazis, pour notre libération.

Une pensée nous anime

NOTRE CAUSE EST JUSTE, LA VICTOIRE SERA NOTRE.

Nous avons mené en beaucoup de langues la même lutte dure et impitoyable. Cette lutte exigeait beaucoup de victimes et elle nʼest pas encore terminée. Les drapeaux flottent encore et les assassins de nos camarades sont encore en vie. Nos tortionnaires sadiques sont encore en liberté. Cʼest pour ça que nous jurons, sur ces lieux de crimes fascistes, devant le monde entier, que nous abandonnerons seulement la lutte quand le dernier des responsables sera condamné devant le tribunal de toutes les nations :

Lʼécrasement définitif du nazisme est notre tâche.

NOTRE IDEAL EST LA CONSTRUCTION DʼUN MONDE NOUVEAU DANS LA PAIX ET LA LIBERTE.

Nous le devons à nos camarades tués et à leurs familles. Levez vos mains et jurez pour démontrer que vous êtes prêts à la lutte. »

Buchenwald, bulletin mensuel de l'Amicale des anciens déportés d

 

 


tampon luttons

Pour aller plus loin :

Témoignage de Jean Hoen résistant Français et Interné entre 1943 et 1945 à Buchenwald

Un témoignage brut, immédiat de ce qui se passait au jour le jour derrière les barbelés. L’horreur du transport, l’arrivée au camp, le tri des détenus puis leur quotidien, long cortège de violence et d’humiliations.

http://culturebox.francetvinfo.fr/livres/essais-documents/journal-de-buchenwald-jean-hoen-dans-lenfer-des-camps-142353

http://www.franceinter.fr/depeche-se-souvenir-de-buchenwald-70-ans-apres

http://www.24heures.ch/vivre/histoire/70ans-presse-revele-enfin-horreur-nazie/story/10558650

http://10days.arte.tv/?p=63

Conseil de lecture :

Hippocrate Aux Enfers  » Les médecins des camps de la mort » de Michel Cymes

« Les Médecins de la mort » de Philippe Aziz

« Enfants de Buchenwald » de Miriam Rouveyre

« Le terrifiant secret: la «solution finale» et l’information étouffée » de Walter Laqueur

« Inside the vicious heart: Americans and the liberation of Nazi concentration camps » de Robert H. Abzug, Oxford University Press

« Le long retour, 1945-1952: l’histoire tragique des déplacés de l’après-guerre » de Ben Shephard

Publicités

2 réflexions sur “Buchenwald

  1. Pingback: Journée mondiale des Roms | Luttons Contre le FN

  2. Pingback: Témoignage | Luttons Contre le FN

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s