30 mars 1950 : Mort de Léon Blum

Léon Blum est l’une des grandes figures du Parti Socialiste.

Deux fois chef du gouvernement de 1936 à 1937, puis de mars à avril 1938, il fut Président du Conseil de ministre du Front Populaire en 1936.

Quelques dates et événements clés ponctuent la vie de Blum.

L’affaire Dreyfus et Jaurès

C’est le premier combat politique qu’ait livré Léon Blum, il est alors un juriste dreyfusard rendant compte des procès de Zola. C’est d’ailleurs modestement qu’il signe ses comptes rendus: « un juriste». Il découvre alors le « J’accuse» d’Emile Zola le 13 janvier 1898.

En 1897, il rencontre Jaurès, rentre au parti socialiste et participe avec lui à la fondation du journal l’Humanité en 1904.

Léon Blum © Centre d'histoire de Sciences Po, Archives d'histoire contemporaine, fonds Léon Blum

 

Le Front Populaire

Il est l’un des dirigeants de la SFIO au sortir de la Première Guerre Mondiale, c’est grâce à la victoire électorale du Front Populaire qu’il a marqué les esprits avant tout dès 1936 et ce dans un climat de crise économique suite au krach boursier de 1929 et la montée des fascismes en  Europe.

Il forme un gouvernement à prédominance socialiste.

Suite aux puissantes grèves ouvrières de 1936, les accords Matignon de juin 1936, signés par la CGT et par le patronat, aboutissent à une augmentation des salaires et à la reconnaissance de la liberté syndicale et à la création des délégués d’entreprises. Les réformes sont complétées dans le mois de juin, car la grève ne faiblit pas, par des avancées spectaculaires.

  • Création des conventions collectives
  • 2 semaines de congés payés (création de billets de train à tarif réduit, toujours en vigueur aujourd’hui)
  • Réduction du temps de travail à 40 heures
  • Plan de nationalisations avec la création de la SNCF notamment en 1938

Toutes les personnalités du Front Populaire doivent cependant faire face aux calomnies de l’Extrême-Droite de l’époque et Salengro, ministre de l’intérieur et ami de Blum se suicide, accusé de traîtrise. Une vague d’antisémitisme s’abat sur le pays et sur Blum en particulier qui est victime de caricatures violemment antisémites dans la presse d’extrême droite, qui le désignera en 1940 comme l’un des principaux responsables de la défaite du pays face à l’invasion allemande.

Il est l’un des 80 parlementaires socialistes qui votent le 10 juillet 1940 contre l’attribution des pleins pouvoirs au maréchal Pétain.

Arrêté en 40 et interné avec d’autres socialistes par le régime de Vichy, le procès de Riom aura lieu en 42 et il sera déporté près de Buchenwald. Libéré en 1945, il reprendra ses écrits dans le journal de la SFIO puis mourra en 1950 dans sa propriété.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s