Nouvelle Donne : du projet de renouveau politique à la récupération réactionnaire ? Par Luttons Contre Le Fn et Ornella Guyet

    Afin de couper court d’emblée à toute mésinterprétation de notre démarche, il nous faut dire que nous n’avons pas la volonté de traiter de Nouvelle Donne comme d’un parti fasciste.

Cet article vise, au contraire, à mettre au jour le confusionnisme qui a infusé le jeune parti, de certains de ses membres jusqu’à plusieurs de ses dirigeants. Il s’agit ainsi, avant tout, d’une mise en garde adressée à cette formation et ses sympathisants, face aux tentatives constatées d’infiltration menées par des militants de la sphère confusionniste, conspirationniste et néo-nationaliste, mouvances radicalement opposées aux valeurs mises en avant par le parti depuis sa création.  

    Par ailleurs, les motivations du parti nous semblent louables, et nous ne remettons aucunement en cause sa ligne politique fondatrice, ni même l’engagement de ses militants. Quand bien même nous serions en désaccord avec la ligne du parti, dès-lors que celui-ci est républicain, nous ne nous octroierons jamais le droit de vous dire pour qui voter, mais nous nous devons de mettre en garde nos lecteurs contre certaines dérives constatées – qui préoccupent également un certain nombre des militants de la première heure. Nous invitons également les membres de Nouvelle Donne à demander des comptes auprès des personnes citées dans cet article.

N.B : Nous vous proposons aujourd’hui notre article sur Nouvelle Donne, en collaboration étroite avec Ornella Guyet de Confusionnisme.info. C’est le fruit d’un vrai travail d’investigation. Nous y pensons depuis mai 2014. Il a été mûri et rédigé entre septembre 2014 et début janvier 2015. Les derniers événements tragiques qui nous ont tous secoués nous ont fait prendre un peu de retard dans sa finalisation. Mais à quelques semaines des départementales, il nous semblait important de continuer à vous informer.


  • L’Historique de Nouvelle Donne

Nouvelle Donne prend racine en 1997 avec US4J aux législatives ( 200 candidats), revient avec le nom de Réseau ND en 2002 . Pierre Larrouturou ne réunira pas les 500 signatures pour les présidentielles et aux législatives (seulement 90 candidats ) . Le parti est mis en veille mais « il veille  » au moment opportun . Un peu réveillé en 2011 il s’adosse au Collectif Roosevelt début 2012 et prépare dès Avril/Mai la soi-disant création de Nouvelle Donne.

A la fin 2013, de nouveaux partenaires et statuts. Il se veut le prolongement du Collectif Roosevelt créé en 2012 par Pierre Larrouturou, Stéphane Hessel, Edgar Morin, Michel Rocard, plusieurs intellectuels et personnalités publiques issus de la société civile et politique en 2012 –

« Nouvelle Donne » se voulant la traduction française du « New Deal » initié par Roosevelt pour sortir les Etats-Unis de la crise de 1929.(1)(Merci au lecteur attentif pour toutes ces précisions).

Logo Nouvelle Donne

  • L’orientation politique du parti

   ►(pour une critique libertaire de l’orientation politique de ND, voir : http://larotative.info/larrouturou-sur-le-testet-le-649)

    Accueillant parmi ses fondateurs des personnalités issues essentiellement du PS, du centre et d’EELV, ND s’est donc fondée sur une volonté de renouveler les pratiques démocratiques, et de rouvrir un espace entre la droite républicaine, l’écologie politique et le socialisme démocratique.

Prenant la relève du collectif Roosevelt, dont il reprend les 15 propositions fondatrices (2), Nouvelle Donne insiste sur sa vocation à être une force de proposition plus que d’opposition, visant à battre le PS à moyen voire à court terme .

►(lire http://www.rue89lyon.fr/2014/04/09/nouvelle-donne-mouvement-de-gauche-qui-veut-battre-le-ps-aux-europeennes/ ).

Se considérant légèrement à gauche du Parti Socialiste, avec pour objectif d’occuper l’espace laissé vacant au sein de la Gauche républicaine par le PS, son objectif est de battre le Parti Socialiste. Le parti qui prône un « radicalisme modéré » a intégré à sa direction, dès sa fondation, des ex-MODEM. S’inscrivant dans une double tradition républicaine et social-démocrate, les membres de ND ne veulent surtout pas être assimilés à des « gauchistes », insistant avant tout sur leur volonté de refonder les institutions républicaines sur l’héritage des Lumières, et leur inscription dans la tradition keynésienne (3).

Leurs « 15 propositions  concrètes et financées » ont pour objectif d’éviter un effondrement de  l’économie et de mettre fin au chômage. Sauver l’économie (libérale), tel est l’objectif du Comité Roosevelt et donc de ND, qui pour autant affirme vouloir sortir le pays – et au delà – du paradigme tout-économiste. On y trouve notamment Curtis Roosevelt, le petit-fils de Franklin D. Roosvelt.

Le logo du parti, rose et dont le N représente la relance de la croissance, atteste de ce positionnement large entre libéralisme social et socialisme modéré. ND est donc avant tout, sur le plan économique, un parti Keynésien. En effet, il pense que seul l’investissement public dans des secteurs stratégiques permettra de recréer de l’emploi, la création d’emploi directement par l’Etat permettant de créer une dynamique de relance de la croissance. Aussi le parti défend-il une vision social-démocrate impliquant des services publics forts et la nationalisation d’entreprises des secteurs-clef. Dans cette optique, l’aide de l’Etat est censée se poursuivre jusqu’à ce que le plein-emploi soit atteint, afin que le libéralisme puisse continuer sa route.

Néanmoins, plusieurs des personnalités ayant présidé à la fondation du parti s’inscrivent dans un socialisme plus traditionnel et une critique générale du libéralisme – tout en s’opposant au marxisme « pur jus » – exigeant le réengagement définitif de l’Etat dans la problématique économique et sociale. ND s’inscrit dans la logique de la régulation de l’économie et de la finance par l’Etat, en opposition à l’économie néoclassique qui suit la logique du « libre marché » et du « laisser-faire ». Tout jeune parti, Nouvelle Donne se cherche au sein de l’immense espace politique désaffecté par un PS largement converti au discours néo-libéral.

    Sur le plan institutionnel, Nouvelle Donne prône une sorte de « rupture tranquille » pouvant séduire tout autant les tenants d’une remise à plat du système que les réformateurs modérés : si le parti ne se prononce pas explicitement en faveur d’une VIème République, Pierre Larrouturou a défendu cette dernière à la radio, et elle fait l’objet de débats au sein du parti, bénéficiant généralement d’une vision positive.

ND pourrait se définir comme eurosceptique au sens philosophique du terme – celui du doute méthodique : contrairement aux anti-européistes qui se revendiquent de manière hypocrite « eurosceptiques », ND est favorable à l’intégration européenne, mais émet de sérieuses réserves sur son fonctionnement actuel et promet de renégocier les traités et de réformer l’UE en faveur d’une Europe sociale et démocratique, éventuellement en plus petit comité, quitte à appliquer la politique de la chaise vide à l’image d’un de Gaulle si nos partenaires européens s’y opposent, voire de quitter l’Union Européenne. Une telle ligne a pu séduire autant les européistes critiques que les tenants les plus modérés d’une sortie de l’Europe. ND a notamment proposé un euro-franc complémentaire à l’€uro, qui de monnaie unique deviendrait une monnaie commune.

D’une manière générale, ND entend changer les choses, mais en douceur, et pas trop : tout doit être « renégocié » : la dette discutée et refinancée à 1 %, conformément au paradigme keynésien, mais non refusée… S’il n’est pas question, dans le programme du parti, de restituer à l’Etat la souveraineté monétaire – transférant le mécanisme inflatoire des institutions financières privées à la puissance publique – les militants ont engagé une réflexion critique sur ce pouvoir qui a pu attirer les opposants traditionnels à la loi de Janvier 1973 sur la Banque de France (http://fr.scribd.com/doc/88586051/La-Rumeur-de-1973-Par-Alain-Beitone-Version-Longue ) et aux dispositions européennes consécutives. Parmi ceux-ci, s’il se trouve des intellectuels et citoyens ayant engagé une démarche de réflexion critique, nous avons pu noter la présence de nombreux partisans de la thèse complotiste d’une appropriation du pouvoir financier par les « banquiers cosmopolites » (suivez mon regard…) qui aurait été planifiée de longue date – les pouvoirs politiques se contenant d’acter le déploiement d’un « projet secret » des « élites » (4).

Plus classiquement, Nouvelle Donne met en avant la très consensuelle « simplification fiscale », mais encore une critique assez populiste des élites qui, quoi qu’en dise le parti, ne proposent pas de grands changements sur le fond, hormis l’antienne du non-cumul des mandats… La recherche d’alternatives a mené ND à s’intéresser aux « travaux » d’Etienne Chouard – nous y reviendrons.

S’il s’agit de renégocier le pacte social, ne sont pas évoqués les moyens d’équilibrer les rapports de forces permettant une telle négociation – ce qui a pu faire dire à certaines mauvaises langues que

« le programme ne cherche pas à renverser la table, juste à rebattre les cartes […] avec les  mêmes cartes et à peu près les mêmes règles »

(Flebas, http://blogs.mediapart.fr/blog/flebas/301113/nouvelle-donne-ou-tour-de-bonneteau ).

Entendant  tout à la fois assumer son ancrage à gauche et le renouvellement de ce  positionnement, sur les questions économiques, sociales et  environnementales, Nouvelle Donne souhaite rassembler, au delà du  clivage gauche-droite, les républicains déçus des pratiques  politiciennes et des connivences entre pouvoirs économique et politique, même si les petits patrons y sont bienvenus. Au moment de la formation du parti, Pierre Larrouturou a ainsi déclaré au Parisien le 23 novembre 2013 que l’objectif était de réunir :

« des  citoyens qui s’engagent pour la première fois et […] des militants et  des élus venus du Front de gauche, du PS, d’EELV, du MoDem, des patrons  de PME et des précaires. »

On a là, avec cette volonté de ne fâcher personne et ce manque de clarté  assumé quant à la situation du parti sur l’échiquier politique, sans  doute une des sources du confusionnisme à ND. En effet, le refus du  clivage gauche-droite tout comme le mythe d’une alliance possible  petits-patrons/travailleurs/précaires sont une des bases de la plupart  des discours démagogiques et réactionnaires et ne peuvent que plaire à  des individus peu scrupuleux, que ceux-ci soient confusionnistes par bêtise ou par stratégie.

De fait, ces ambiguïtés du programme de ND mèneront à des tensions entre une direction de départ modérée (mais déjà clivée entre une ligne de centre-gauche proche du MODEM et une orientation plus radicale issue de l’aile gauche du PS), et les velléités antirépublicaines de certains militants. Comme tous les nouveaux mouvements de ces dernières années, nous verrons en effet que le parti sera très rapidement confronté à un afflux de militants issus de la sphère confusionniste « rouge-brune » et conspirationniste, amenant une porosité avec l’extrême-droite et posant un grave défi au parti quant à son avenir politique(5).

C’est ainsi que l’on retrouve, jusqu’à la fin de l’année 2014, au Conseil National Provisoire du parti, aux cotés des fondateurs, Colette Charbonné, ancienne présidente de l’association Stop Racisme jusqu’en 2012 sympathisante de Dieudonné qui « émet des réserves sur le FN puisqu’on ne l’a pas essayé«  et ne comprend pas « qu’on s’acharne ainsi » sur le soit-disant humoriste…

(… et siège au Conseil National Provisoire de Nouvelle Donne !)

► Organigramme officiel de ND archivé en l’état de sa publication au 26/06/2014 sur le site du parti, mentionnant la présence de C. Charbonné au Conseil National Provisoire – à consulter sur les pages cachées par Google et Internet Archive

  • Le Confusionnisme

Nouvelle Donne est un parti encore à l’état embryonnaire et a de plus en plus vocation à vouloir rassembler  »Tous les déçus des politiques », de Gauche comme de Droite.

Ainsi, Nouvelle Donne n’hésite pas à s’entourer d’Etienne Chouard, invité notamment à son université d’été sans que cela ait l’air de poser le moindre problème à sa direction, ou encore à confier l’animation d’un atelier à « Alix Dre », paranoïaque notoire se cachant encore derrière le pseudonyme d’AtMOH : ni plus ni moins qu’Alix Dreu-Boucard, le fondateur et président de ReOpen911, également co-fondateur du collectif Jeudi Noir où militaient également deux représentants d’EELV : la députée européenne Karima Delli et le conseiller régional IDF et porte-parole du parti Julien Bayou.

Un article de Conspiracy watch sur ces journées d’été, où se trouvaient également Abdelkrim Branine et Hervé Kempf :

Etienne Chouard aux journées d’été de Nouvelle Donne (vidéo)

D’autant que ND réfléchit sur la façon de mettre en avant la méthode d’Etienne Chouard sur sa conception de la « démocratie individualiste » ou du  « tirage au sort » :

http://www.nouvelledonne.fr/le-tirage-au-sort-en-politique

« Le tirage au sort, ou la défaite politique »

► « Pourquoi le tirage au sort est-il profondément antidémocratique ? »

► « Le tirage au sort en politique – la fausse bonne idée »

Interpellée à ce sujet via son compte officiel sur Twitter, Nouvelle Donne n’a pas souhaité fournir d’explications – d’une manière générale, les  responsables semblent bien avoir conscience qu’ils marchent sur des  œufs. Des militants bien connus de la sphère confusionniste / conspirationniste ont cependant répondu avec une certaine agressivité.

► https://luttonscontrelefn.files.wordpress.com/2015/01/10897106_10202947438279313_8251499150374100173_n.jpg

Quant à Isabelle Attard co-présidente de Nouvelle Donne et députée du Calvados, elle

« dissocie l’homme – « Chouard » – de ses idées »  

https://luttonscontrelefn.files.wordpress.com/2015/01/13993_4697829781660_883260361002113803_n.jpg

► Chouard, qui se veut oecuménique, a accepté des invitations tant de Nouvelle Donne que de l’UPR.

Colette Charbonné sur les sympathisants UPR

UPR… où l’on retrouve Colette Charbonné !

 

      Or, ce qui pose problème n’est pas que des membres de Nouvelle Donne lisent Chouard, quand bien même les « travaux » de celui-ci sont truffés d’erreurs et d’approximations grossières, mais la mise en avant de tels auteurs par des personnalités publiques et/ou un parti politique assurant leur promotion, et leur conférant un semblant de légitimité aux yeux des militants.

     C’est ainsi que Chouard, promu par ND, draine un certain nombre de déçus du capitalisme et des institutions de la démocratie représentative – certes pas exemptes de critiques, au moins dans leurs formes actuelles – vers Soral, lequel a explicitement fondé son organisation E&R pour attirer les jeunes des banlieues au FN(6).

► Dossier « Qui est vraiment Etienne Chouard ?« , sur Luttons contre le FN

Les liens entre Etienne Chouard et l’extrême-droite

Cartographie : Chouard et l’extrême-droite

Chouard assure également la promotion d’Alain Soral via son site web, et répète ad nauseum que ce dernier « n’est pas fasciste » mais qu’il est une figure de la « dissidence », et que les négationnistes sont « courageux » – lire à ce sujet : http://rebellyon.info/Alerte-antifasciste-Etienne.html

► Voir également notre dossier « pour aller plus loin » sur Alain Soral.

    Soral  défend une vision fasciste de la société que ni Chouard ni Nouvelle Donne ne prennent la peine de réfuter ni dénoncer, offrant aux partisans d’une telle idée un boulevard pour en assurer la promotion via les canaux qui leurs sont ainsi fournis par un parti politique « républicain » voire « de gauche »

     On  sait aujourd’hui que Chouard, empêtré dans ses contradictions, a du mettre fin à ses activités sur le web suite  à de houleux débats au sein du M6R de Jean-Luc Mélenchon qui ont – enfin  – permis d’obtenir une condamnation quasiment unanime du personnage  dans les milieux progressistes.

Le suivi de l’affaire ici le dossier Chouard Par Confusionnisme.info

    Les partisans de l' »union nationale », les « patriotes » qui veulent rassembler au-delà de tout clivage politique, tels Soral et Chouard ressortent la vieille antienne de l’extrême-droite du « ni de Gauche, ni de Droite », qui lui évite souvent de s’assumer telle depuis qu’elle a été écrasée par les Alliés à la fin de la dernière guerre mondiale. Ce slogan qui se veut rassembleur est en réalité un élément de langage typique des rouge-bruns. ND sert alors aux extrémistes de Droite de caution institutionnelle, démocrate voire socialiste.

Chouard s’explique, s’enfonce… et renonce

le m6r, le  tirage au sort, Etienne Chouard, Alain Soral et Judith Bernard

La gauche et la mouvance rouge-brune : ma réponse à Judith Bernard réitérant son soutien politique à Etienne Chouard

    Parmi les fondateurs de ND, on peut également relever le nom de Bruno Gaccio, qui début 2014 a pris le parti de Dieudonné dans l’affaire dite de la « quenelle », sans visiblement s’attirer les foudres d’un parti auquel son nom reste associé.

     Pourtant, le fait qu’en 2010 il ait écrit avec l’ex-humoriste un livre sur la » liberté d’expression » aurait du mettre la puce à l’oreille des autres fondateurs de Nouvelle Donne dès la création du parti. Ce livre, intitulé Peut-on tout dire ? a été publié aux éditions Mordicus, la maison d’édition de la revue Médias, à l’époque animée principalement par Robert Ménard – maire « bleu marine », élu avec le soutien du FN (qui juge à présent son entourage « trop extrême » !).

Bruno Gaccio Co-Fondateur de Nouvelle Donne

    Nouvelle Donne se trouve ainsi confrontée au problème de l’entrisme, pratique classique des fascistes. Les militants confusionnistes qui intègrent le mouvement et promeuvent les idées de Chouard ou de l’UPR sont les chevaux de Troie de l’extrême-droite au sein des nouveaux mouvements sociaux, qui entravent le développement d’une critique sociale consistante, cohérente et efficiente.

    Et nous ne saurions trop insister sur le danger d’un travail de rabattage organisé par des gens qui savent ce qu’ils font : ces militants « utopistes » ne sont pas des gentils naïfs (des « gentils virus« , comme dit Chouard), mais organisent la subversion nationaliste de tous les nouveaux mouvements contestataires, paralysant l’organisation d’une contestation de gauche mais encore déplaçant la critique sociale sur le front d’un rejet des valeurs et institutions républicaines dans leur ensemble.

    C’est pourquoi nous nous permettons d’appeler les responsables, militants et sympathisants de Nouvelle Donne à la plus grande vigilance à l’égard de ces tentatives de récupération.

    Si l’on peut évidemment, dans une démocratie et sous le régime de la liberté d’expression, parler avec tout le monde, le faire sur des canaux publics implique une responsabilité dont ne semblent pas avoir pris conscience les cadres et militants de Nouvelle Donne – pour ceux qui ne le font pas en connaissance de cause.

    L’idée que « l’on peut parler avec tout le monde » reste une idée stupide et dangereuse dès-lors qu’elle se confond avec l’octroi de tribunes à des personnalités porteuses d’idées nauséabondes, hostiles à l’égard de l’autre à cette même liberté qu’ils invoquent pour eux-mêmes quand il s’agit d’exiger qu’on leur donne la parole. Le refus de la censure ne saurait se confondre avec une obligation de fournir nos propres canaux de diffusion aux promoteurs de la haine.

    Si vous voulez avoir une discussion au coin du feu avec Etienne Chouard ou Alain Soral, vous en avez évidemment le droit – même si l’on peut douter de l’utilité de la chose. Mais dès-lors que vous offrez à de tels militants confusionnistes une tribune politique, vous engagez votre responsabilité, celle de votre organisation dans leur opération de blanchiment et de communication militante.

    Ainsi, sous couvert de la noble intention de « parler avec tout le monde », c’est-à-dire du respect de la liberté d’expression et du débat démocratique, les organisateurs d’événements (tables rondes, conférences, etc.) invitant des personnalités d’extrême-droite et militants confusionnistes, et ceux qui relaient, directement (citations, recensions bibliographiques…) ou indirectement (liens) la propagande fasciste, ne font rien d’autre qu’assurer la promotion d’idées antirépublicaines et de la haine de l’autre.

    Par ailleurs, outre que, nous l’avons vu, la liberté d’expression ne vaut pas obligation d’inviter les fascistes à nos rencontres et dans nos colonnes, c’est-à-dire de donner à ceux qui en possèdent déjà beaucoup de nouveaux canaux d’expression et un public plus large, il est bon de rappeler que certains propos ne sont pas tolérables – et sont à juste titre punis par la loi – l’appel à la haine de l’autre constituant un délit qui ne saurait être couvert par la liberté d’expression.  Relayer Soral, inviter publiquement Chouard à en assurer la promotion, c’est faire campagne pour l’antisémitisme, et non pour les libertés civiles – au contraire !

La connerie du jour : « moi je parle avec tout le monde » !

Soral, Asselineau, Chouard

Soral, Asselineau, Chouard

    ND a été peu à peu infiltrée par des militants confusionnistes, comme l’ont été les mouvements des Indignés et Occupy dans certains secteurs, qui lui ont fourni un certain nombre de militants. Ainsi du mouvement des Indignés en France, qui est issu du mouvement 15M à Madrid et n’a pas de lien avec le pamphlet de Stéphane Hessel : « Indignez-vous », si ce n’est la coïncidence temporelle et une volonté de récupération du terme porteur d' »indignation ».

    Si le mouvement 15M et l’occupation de la Puerta del sol sont le résultat d’une année de travail et de coordination entre différents collectifs, l’infiltration du mouvement des Indignés par l’extrême-droite a bien eu lieu et ce sur l’ensemble des lieux d’organisation, particulièrement en France :

► A Paris :

les indignés parisiens encore et toujours infiltrés par des fafs

faux ami : Etienne Chouar en tournée

Les « Indignés », l’apolitisme et le conspirationnisme

► A Strasbourg – « Des indignés pas comme les autres«  

► Articles d’Indymedia Paris :

choses vues ce jour à Bastille (pdf)

des fascistes infiltrent le rassemblement des indignés (pdf)

Indignés – attention danger (pdf)

(dossier complet: https://luttonscontrelefn.files.wordpress.com/2015/01/indignes.pdf )

► Benjamin Ball,

    Le coordinateur des actions de communication Web de ND et salarié du parti, a été très actif pour pourrir le mouvement des Indignés parisien et français.

    En lien avec son compère Grégory Pasqueille (depuis passé du côté des Manifs pour Tous, de la propagande antisémite et de la défense de Dieudonné ou d’Eric Zemmour), Ball a très vite pris une place prépondérante au sein des Indignés parisiens, et contribué à leur faire prendre une ligne « apolitique » doublant le refus d’une présence d’organisations de gauche traditionnelles (partis, syndicats) avec une acceptation de toute personne non encartée ou organisation se présentant elle-même comme vaguement « citoyenne » mais surtout pas « politique », la ligne de base étant d’être « contre Sarkozy » (Ball et Pasqueille avaient auparavant été les initiateurs du déjà très confus « No Sarkozy Day »).

    Ceci a conduit à une désertion rapide du mouvement par les militants aguerris, anarchistes ou de gauche radicale et son infiltration complète par tout un tas de zozos indésirables : soraliens, Zeitgeist, quelques pro-Gabgbo (dont les liens avec le FN et l’extrême drite française étaitent pourtant déjà connus), mouvements sectaires et mystiques divers, conspirationnistes de tous horizons (dont ReOpen911)…

   C’est au sein du mouvement des Indignés parisiens dominé par Ball et Pasqueille que le fondateur du Cercle des Volontaires (CDV) aujourd’hui « journaliste » à l’Agence Info Libre et à Ruptly (chaîne Youtube du réseau RT, ex-Russia Today) Jonathan Moadab a fait ses classes, de même que son complice Raphaël Berland qui aux débuts du CDV mentionnait dans son CV militant son appartenance à la fois à l’UPR et aux Indignés. De fait, le CDV a été fondé dans la foulée du mouvement des Indignés.

    A noter que Benjamin Ball est un opportuniste qui fonde, rejoint ou quitte les mouvements auxquels il participe au gré de la place qui est accordée en leur sein à son ego. Avec Pasqueille, il avait également vampirisé le mouvement Copwatch en créant un site Copwatch France (aujourd’hui toujours animé par Pasqueille et défendant les militants de la Manif pour Tous ou du Jour de Colère) simplement dans le but de faire des apparitions médiatiques sur ce thème, et alors même que les militants vraiment impliqués dans ces actions non seulement ne l’ont jamais reconnu comme un des leurs mais ont pu être mis en danger par cette soudaine médiatisation et la volonté de répression qui s’en est suivie.

Aujourd’hui, Ball est un des cadres du mouvement « citoyen » Les Engraineurs (actif sur les mobilisations contre le Tafta où un certain nombre de confus font également leur apparition) et a monté un site de pétitions en ligne, We Sign It. Il a fait ses classes au sein du mouvement des Désobéissants de Xavier Renou dans lequel il aurait toujours des responsabilités, ainsi que comme salarié au sein de diverses entreprises de  l’économie dite « sociale et solidaire ».

► « les indignés parisiens infiltrés par les fascistes »

► « fausse amie : la manif ‘Sarkozy dégage’ du 1er Mai » (pdf)

► « Copwatch, le retour des branquignoles » (pdf)

► « Copwatch : Benjamin Ball fait son bizz » (pdf)

Dossier Complet (pdf) (Indymedia / Indira)

Il est par ailleurs tout à fait clair, à leur lecture, que les différentes pages se revendiquant des Indignés sont tombées entre les mains d’un conspirationnisme radical – ainsi :

« les indignés », « Indigne-toi en France », etc.

► Lien entre ND et les Indignés :

Le jeune parti Nouvelle Donne dévoile ses listes pour les européennes (Libération)

    Nouvelle Donne se place dans une perspective réformiste, et met en avant l’indignation devant les excès du capitalisme, plus qu’une volonté de le remettre radicalement en cause. De ce fait, ce mouvement, s’il regroupe des militants venant d’horizons très divers, n’a pas lui-même rassemblé la diversité des composantes du mouvement des Indignés, dont plusieurs membres considèrent l’indignation comme un sentiment qui, pour autant qu’on ne le dépasse pas vers une réelle volonté d’agir politiquement, peut paralyser les luttes sociales.

    C’est ainsi qu’il a pu être fait reproche à Nouvelle Donne de centraliser l’indignation au détriment de véritables initiatives démocratiques.

   Néanmoins, ND possède une réelle volonté de prendre le pouvoir, bien que son programme demeure flou et encore largement en chantier. De fait, entre réticence à renverser la table et récupération confusionniste, le projet de remise à plat démocratique et d’alternative à l’économisme triomphant semble compromis.

    Et le projet de réforme économique et sociale tend à s’effacer au profit des thèses conspirationnistes, d’une dénonciation sans perspective des élites politiques ainsi que d’une remise en cause des institutions républicaines allant dans le sens – sous couvert de leur démocratisation – d’une incapacitation du peuple social à se les approprier.

   Nouvelle Donne a en effet été très rapidement et largement infiltrée par des militants confusionnistes et des militants venant de milieux divers et variés, mais dont beaucoup gravitent autour de la sphère conspirationniste et néo-nationaliste dite « souverainiste ».

Pour ceux qui douteraient encore de la réalité de l’opération d’infiltration systématique de Nouvelle Donne par des militants confusionnistes, la page officielle de ND relaie à présent la page d’Agence Info Libre – Une page conspirationniste tenue entre autre par Jonathan Moadab :

Nouvelle Donne Aime AIL sur facebook

Nouvelle Donne Aime AIL sur facebook


L’agence info libre, organe de propagande présentable de l’extrême-droite (Confusionnisme.info)

► Sur Collon :

– « Michel Collon : un militant de la confusion »

– « s’informer sur Michel Collon« 

L’UPR (dossier Luttons contre le FN)

L’organigramme de Nouvelle Donne

De la tolérance… à l’intolérable

   Les positions prises par certains de ses cadres et nombre de ses militants, et sa mise en avant de personnalités liées à l’extrême-droite confusionniste, ont progressivement fait glisser Nouvelle Donne de la tolérance à l’intolérable, donnant la parole aux pires agitateurs fascisants de notre époque, et compromettant ainsi tant les principes ayant présidé à sa fondation que, dès-lors, son projet politique. Face à ce constat, plusieurs membres, dont certains de ses fondateurs, ont d’ores et déjà pris leurs distances avec le parti politique.

Plusieurs échanges entre l’équipe de Luttons contre le FN et des militants de Nouvelle Donne ont révélé qu’un certain nombre d’entre eux est bien conscient, et s’inquiète de ce que derrière l’illusion du grand forum démocratique, apparaît un jeune parti, pas ou peu structuré sinon par des rapports de forces informels, infiltré par des militants fachos qui, eux, sont bien organisés. Les militants évoquent des « dysfonctionnements » et s’inquiètent de voir le parti tomber entre les mains de personnes qui « n’ont rien à faire là ».  

   Nous ne doutons pas de la bonne foi d’une majorité des adhérents et nous déplorons aussi que ce qui semblait être prometteur nous semble déjà mort avant d’avoir vécu.

►Olivier Berruyer le 28 novembre 2013, affirme son soutien aux créateurs de ND.

    Coutumier de plateaux télévisés, comme ceux de BFM Business, de l’émission « Ce soir (ou jamais !) » de Frédéric Taddéï, ou de France 24,  il est surtout le rédacteur en chef, depuis son lancement en 2010, du  blog Les-Crises.fr qui décortique l’actualité économique, et prétend offrir à comprendre les crises bancaires, monétaires et institutionnelles. On y  retrouve une ligne idéologique et économique proche de celle de Jacques Sapir, c’est-à-dire souverainiste et eurosceptique.

Berruyer à l’émission“Ce soir (ou jamais)”

Berruyer à l’émission“Ce soir (ou jamais)”

« Animé par Olivier Berruyer, soutien de Nouvelle Donne, Les-crises.fr  est  largement relayé dans la blogosphère confusionniste,  conspirationniste  et même d’extrême-droite (notamment par Le Cercle des  Volontaires), à  cause de sa complaisance avec des régimes autoritaires  comme celui de Vladimir Poutine (le 5 décembre 2014, il a même  publié un  discours du président russe à la Douma).

Ce blog diffuse par  ailleurs  des auteurs conspirationnistes comme Paul Craig Roberts, Diana Johnstone et même Etienne Chouard, ainsi que des écrits de François Asselineau. Son auteur est régulièrement l’invité d’@rrêt sur Images, qui semble le considérer comme une source fiable lorsqu’il s’agit  d’analyser les tenants et aboutissants du conflit ukrainien.« 

( source : http://confusionnisme.info/ecologie-monnaie-le-clan-rabhi-a-lavant-garde-de-la-confusion/ )

Olivier Berruyer et Jacques Sapir

Olivier Berruyer et Jacques Sapir

► L’intolérable a encore été franchi, lorsque Larrouturou, plus récemment, a pris une position sécuritaire concernant les manifestants de Sivens, appelant à accroitre la répression de la manière la plus indécente qui soit juste après la mort de Rémi Fraisse :

– « Larrouturou sur le Testet : le véritable visage de Nouvelle Donne« 

– « Les figures de la confusion : Larrouturou appelle à arréter les Anarchistes« 

    Au niveau local, Nouvelle Donne fait également du pied à des politiques assimilables à des politiques d’extrême-droite. Comme à Lanton, petite commune rurale et touristique du Bassin d’Arcachon, d’un peu plus de 6000 habitants, où le Front National et l’UMP sont arrivés en tête avec une exacte et stricte égalité lors des élections européennes du mois de mai 2014:  600 voix FN – 600 voix UMP.

http://www.francetvinfo.fr/elections/resultats/gironde_33/lanton_33138

    La nouvelle équipe municipale conduite par Marie Larrue qui se dit sans étiquette et qui pourtant ne peut plus cacher aujourd’hui son appartenance à une droite très dure, même si elle a rejoint l’UMP, mène une politique strictement similaire à celles des municipalités Front National. Cependant, cette majorité ultra-droitière aurait la prétention de mettre en place un système de « démocratie participative », mot magique désormais utilisé par les autorités de tout bord pour donner l’impression à la population qu’elle prend son destin en main et contribuer ainsi à lui faire accepter même les politiques les plus inacceptables.

Et bien entendu, ND et ses militants, constituant typiquement le public visé par ce genre d’imposture, s’y sont laissés prendre, comme le représentant local du parti, Pierre Matthews, qui a osé lui répondre « Chiche ! » dans un article publié récemment par un journal local, La Dépêche du Bassin.

Marie Larrue Photo archives Campagne municipales

Marie Larrue Photo archives Campagne municipales

    Pourtant, il n’y a sur Lanton aucune politique économique, et à défaut, comme l’argent ne rentre plus dans les caisses, on supprime le social et on s’attaque aux plus pauvres : suppression de la banque alimentaire, suppression du colis de noël distribué jusqu’à cette année aux personnes âgées, suppression du repas de Noël des personnes âgées, pas d’illuminations de Noël sur la commune, augmentation de 900 % du tarif du transport scolaire. Sans oublier la procédure pour état de déshérence qui concerne environ 85 concessions funéraires, tout cela pour ne pas construire un nouveau cimetière qui coûterait 600 000 euros.

    A Lanton, on s’attaque aux pauvres, aux morts, aux personnes âgées, aux enfants et à la culture. Le fait de saupoudrer le tout d’un soupçon d’écologie et d’un brin de « démocratie participative » n’y change rien, et il est bien dommage que ND semble laisser sa porte ouverte à des personnes menant ce genre de politique, juste pour avoir une petite assise au niveau local.

Nouvelle Donne veut par ailleurs également créer une monnaie locale sur le Bassin d Arcachon pour relancer l’économie… Si, si, pour Nouvelle Donne, il faut localement abandonner l’euro, cheval de bataille de l’antieuropéisme d’extrême-droite. Avec une touche de féodalité en plus, peut-être.

Lanton : la politique au quotidien :

ND s’y présente comme n’étant pas « dans l’opposition », et prête à collaborer avec la municipalité tenant d’une droite dure.

Lu sur BordeauxBordel.antifa-net.fr

Le compte twitter des candidats Nouvelle Donne pour les départementales du canton 1 de Bordeaux a, dans sa quête de notoriété, invité parmi tous les médias et journalistes locaux le compte d’extrême-droite Infos Bordeaux à venir échanger avec eux, je me suis permis de leur demander s’ils connaissaient cette autoproclamée agence de presse. A quoi l’on me répondit, en substance, qu’un média d’extrême-droite est un média comme les autres. Qu’il soit d’extrême-droite « n’est pas une information essentielle. » pour Nouvelle Donne.

NDcap

  • Conclusion

    Ainsi, c’est bien parce que le projet initialement porté par Nouvelle Donne peut sembler prometteur qu’il apparaît qu’il faille redoubler de vigilance. Etre d’autant plus attentif à l’égard de la récupération amorcée du mouvement par l’extrême-droite – il semble, à ce titre, que des militants du parti aient commencé à réagir.

    Est-il trop tard ? ND est-elle tombée entre les mains des confusionnistes ? Ou un sursaut est-il possible ? L’avenir, probablement assez proche, nous le dira. A condition qu’à partir des différentes pièces du puzzle chacun puisse se faire une idée claire de la situation. Nous ne prétendons à rien d’autre qu’apporter des éléments à cette réflexion. Encore une fois, notre rôle s’arrête là. Il vous appartient à vous, militants de Nouvelle Donne ou encore indécis tentés par ce parti, de vous faire un avis concret et d’être acteurs de l’avenir de cette formation politique.

  • Notes
  1. (1) Il est encore la traduction partisane de la motion « Oser. Plus loin, Plus vite » déposée par Larrouturou au congrès de Toulouse du PS qui, en 2012, arrive en troisième position, recueillant 11,78 % des voix, mais se voit refuser toutes les places éligibles malgré un nombre significatif de partisans. N’ayant pu faire valider sa motion, et estimant la situation bloquée, après une série d’aller-retours du PS à quelques organisations telles qu’EELV, Larrouturou fonde Nouvelle Donne en octobre 2013 avec la veuve de Stephane Hessel, Christiane Hessel-Chabry ; Susan George, présidente d’honneur d’ATTAC ; la sociologue Dominique Meda ; le politologue Olivier Berruyer, la philosophe Cynthia Fleury ou encore Bruno Gaccio… Entendant incarner un renouveau politique, Nouvelle Donne place d’emblée à sa tête des représentants tant de la classe politique que de la société civile, et rassemble des gaullistes sociaux à l’aile gauche du PS en passant par les écologistes d’EELV. Si le soutien d’Edgar Morin à la jeune formation est fréquemment mis en avant par ses adhérents et sympathisants, qui vont même régulièrement jusqu’à en faire un membre fondateur, celui-ci a pris ses distances à l’égard du parti. La direction du mouvement est assurée par un ex-PS et ex-EELV, une ex-EELV et un ex-Modem, ce qui, note Wikipedia, « tendrait à placer le parti sur l’échiquier traditionnel au centre ou au centre gauche. La seule députée du mouvement, Isabelle Attard, siège à gauche de l’hémicycle au sein du groupe écologiste ».

https://twitter.com/edgarmorinparis/status/466529687087636482

(NB : Pour dissiper tout malentendu, Morin a précisé dans un autre tweet qu’il voterait bien aux européennes : 

« je voterai bien sûr aux Européennes et ferai mon choix (vous pas compris ou moi mal exprimé) » – on en déduira donc qu’il voulait initialement signifier qu’il ne voterait pas pour ND.

(2) voir les quinze propositions sur http://www.roosevelt2012.fr/ et les propositions de Nouvelle Donne sur http://www.nouvelledonne.fr/nos-20-propositions

(3) Nouvelle Donne est initialement inspirée du New Deal de Roosevelt, qui prétendait faire sortir les USA de la grande dépression consécutive au Black Friday (le Jeudi Noir). C’est le résultat d’une surproduction, avec un décalage entre la valeur des actions et les profits des entreprises.

Le Black Friday (dès Jeudi, selon l’heure française) est la journée où la Bourse de  Wall Street s’est effondrée. Un Krach massif dont les conséquences sont le retrait massif des petits épargnants entrainant des faillites bancaires en cascade, des fermetures d’entreprises et un chômage de masse…

La production s’effondre, la déflation apparait avec des pics jusqu’à 30 % dans certains états et un gaspillage de masse. D’une manière qui n’est pas sans faire penser à la conjecture actuelle, cette crise majeure du XXème siècle a largement pesé dans le développement et l’accession au pouvoir des partis nationalistes et fascistes en Europe.

(4) Voir, notamment,  P. Riché, « L’argent dette », vidéo-star du Net, a une sale petite odeur » (Rue89)

(5) Pour exemple, le Parti Pirate a été confronté au même problème, et a dépensé un temps (plus d’un an) et une énergie très importants pour se débarrasser de ces militants en sous-marin pratiquant l’entrisme systématique au sein de ces nouvelles formations – et cet épisode lui vaut encore une étiquette d’extrême-droite. Par ailleurs, il reste encore au sein des militants et des cadres de ce parti des personnes gravitant autour de la sphère confusionniste.

(6) Toutefois, depuis la controverse Chauprade, E&R fait cavalier seul, ou plutôt sert de porte d’entrée pour le parti de Soral et Dieudonné, « Réconciliation Nationale ». Marine Le Pen a de son côté pris « officiellement » ses distances avec Soral, dans le cadre de son entreprise de dédiabolisation médiatique du FN, consistant à reléguer à l’arrière de la scène les militants ouvertement antisémites.

► « Soral avait tort et nous avions raison »

Le FN et Alain Soral

► « Le FN est toujours de filiation fasciste – un fascisme dediabolisé »


Pour aller plus loin, voici nos articles sur :

– sur Chouard : https://www.facebook.com/notes/luttons-contre-le-fn/qui-est-vraiment-etienne-chouard-luttons-contre-le-fn-le-17-novembre-2014/383105731846162

– sur l’UPR : https://www.facebook.com/notes/luttons-contre-le-fn/lunion-populaire-r%C3%A9publicaine-upr-luttons-contre-le-fn-le-13-novembre-2014/382245895265479

– sur Soral : https://www.facebook.com/notes/luttons-contre-le-fn/alain-soral-leffondrement-dun-empire-par-luttons-contre-le-fn-le-21-novembre-201/385360334954035

http://bordeauxbordel.antifa-net.fr/nouvelle-donne-mange-a-tous-les-rateliers/

Publicités

10 réflexions sur “Nouvelle Donne : du projet de renouveau politique à la récupération réactionnaire ? Par Luttons Contre Le Fn et Ornella Guyet

  1. Bonjour,

    Militant de ND, je trouve votre article très intéressant et je confirme que notre partis à bien des choses à régler, un processus de création n’est jamais simple et les erreurs de jeunesse forcément nombreuses.

    Mais permettez-moi de vous dire que votre méthodologie est nulle.
    Tel nos médias de masse, vous vous concentrez sur quelques points négatifs en faisant très attention à ne pas avoir une vision générale qui vous obligerait à relever aussi les points POSITIFS.
    PIRE: vous en évoquez vaguement quelques uns pour donner un sentiment d’objectivité alors que vous n’hésitez pas à longuement détailler les seuls points qui vous intéressent.

    L’exemple le plus frappant, concerne Chouard.
    Chouard, c’est 10 MINUTES d’intervention sur DEUX JOURS des journées d’été.
    Si vous aviez pris le temps de consulter les programmes voir même, soyons fous, de regarder nos vidéos, vous auriez pu vous rendre compte du niveau général et constater que les thèmes et les invités étaient globalement de grande qualité, très loin d’un quelconque conspirationnisme d’extrême-droite.

    Si vous aviez voulu être objectif, vous auriez aussi parlé des personnes de valeur qui le composent (un conseil: avant de vous faire un avis sur Isabelle Attard à partir d’un seul tweet, allez jeter un oeil sur ses propos et ses actes à l’assemblée…), vous seriez allé au contact des militants dont le discours est à des années lumières Soral, vous seriez allé lire nos publication, regarder nos vidéos etc.

    Mais vous avez préféré juste pointer ce qui vous arrange, ce qui, je le conçois, est beaucoup plus reposant mais ne sert à rien.

    J'aime

    • Bonjour.

      Cet article a été rédigé avec le concours de personnes proches de Nouvelle Donne et qui sont « au contact des militants » (pour le moins). Il vise en effet à pointer ce que vous appelez des « points négatifs », lesquels nous semblent représenter une menace pour ce jeune parti, dont certains membres de Luttons contre le FN sont des sympathisants.

      Bien à vous.

      J'aime

  2. Bonjour,
    Qui êtes-vous? Quand on jette la suspicion et qu’on accuse comme vous le faites dans cet article, la moindre des choses est de s’identifier et de signer.

    Nathalie Coullet Girard (ND)

    J'aime

  3. Bonjour,
    J’ai adhéré à Nouvelle Donne en Décembre 2013 et démissionné en Mars 2014 suit aux propos de Bruno Gaccio (qui était alors l’un des porte parole du Mouvement) sur Dieudonné https://youtu.be/-5ZQiXK-1SM ou il affirmait notamment  » j’ ai ecoute le mur on peux pas dire qu’il est négationniste a aucun moment il dit que la shoah n’a pas existé meme a la limite il nous dit que l’on nous casse trop les couilles avec la Shoah « . J’ai alors demandé un désaveux officiel de la direction de Nouvelle Donne qui s’y est refusé et sur les forums des adhérents j’ai eu quelques soutiens et pas mal d’insultes. Je ne peux donc que souscrire au contenu de cet article.

    J'aime

  4. Pingback: Citoyennisme et apolitisme FAIL | FailFaf

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s